Pénurie de main d'oeuvre

La pénurie de main d'oeuvre

Pas moins de 94 % des entreprises du Québec affirment avoir un enjeu d’embauche de personnel, peu importe leur taille et leur secteur d’activité, dans toutes les régions de la province, selon le Conseil du patronat du Québec.

Il faut investir dans l’innovation, l’automatisation et la robotisation dans les entreprises, afin de combler le déficit de productivité.

Au Québec 25 % des processus d’affaires sont automatisés , contre 55 % aux États-Unis. 


Voici 2 solutions pour aider à la pénurie de main d'oeuvre

Employé Mobile

Un employé en tout temps sous la main

Avec la pénurie de main d'oeuvre qui représente un problème majeur pour les entreprises, un Employé Mobile offre une aide complémentaire aux employés existants et une alternative pour vos clients en quête d'information.

Une alternative aux postes de Réceptionniste, Conseiller, Agent, Vendeur, Présentateur, Guide, Serveur, Instructeur, Représentant, ......

Bannière interactive 

L'AFFICHAGE MOBILE QUI EN DIT LONG

Nous embauchons .mobi est le nouveau service d'affichage mobile dynamique de proximité pour connecter les entreprises qui ont des emplois à offrir avec ceux qui en recherche.

Nous avons développés des affiches interactives prêtes à être installées ou pouvant s'ajouter facilement à celles déjà en place.

Elles sont munis d'un code QR (quick response) ainsi d'un code de 6 chiffres. Le passant peut alors scanner le code QR et être rediriger sur le le lien Web directement, ou bien visiter NousEmbauchons.mobi et y inscrire le code et par la suite être rediriger sur le lien déterminé.

Ressources disponibles

Comment s'adapter à la pénurie de main d'oeuvre

Les difficultés d'embauche sont la pour rester

La bonne nouvelle est que cette étude démontre que certaines solutions éprouvées peuvent aider les PME canadiennes à réduire l’incidence de la pénurie de main-d’œuvre:

  • l’adoption de nouvelles technologies et l’automatisation

  • l’utilisation de processus d’embauche officiels

  • l’offre d’un régime de rémunération global

Nous espérons que ce rapport vous aidera à trouver des solutions qui conviennent à votre entreprise.

Dix solutions à la pénurie de main-d’œuvre au Québec

1. Valoriser l’excellence en innovation et en virage technologique

Les entreprises québécoises doivent investir massivement dans les nouvelles technologies, l’automatisation et la robotisation afin de gagner en productivité.

2. Améliorer le niveau de littératie et de numératie des travailleurs

Près d’un Québécois sur deux est en situation d’analphabétisme. Ce chiffre est une crise à lui seul. Il rend ardue toute possibilité de formation ou de requalification. Il faut offrir des cours d’alphabétisation de façon à ce que ceux-ci puissent s’adapter à l’évolution technologique.

3. Miser sur l’entreprise comme lieu de formation

La main-d’œuvre qualifiée est trop rare. Les employeurs sont prêts à former eux-mêmes leurs ressources humaines, à condition de leur offrir le soutien adéquat.

4. Attirer et retenir les travailleurs expérimentés

Le taux d’emploi des 60-69 ans au Québec demeure plus faible qu’ailleurs au pays, et encore plus avec l’Ontario. En 2020, un rattrapage aurait représenté un apport de 75 200 travailleurs. Il faut encourager fiscalement ceux et celles qui veulent demeurer à l’emploi.

5. Faire de l’assurance-emploi un outil de formation

Le gouvernement du Canada amorcera sous peu une réforme du régime d’assurance-emploi (RAE). Profitons de cette révision pour y intégrer des mesures qui inciteraient les prestataires à suivre des formations entre deux emplois.

6. Adapter les programmes pour les jeunes ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF)

Les jeunes constituent 54 % de la nouvelle main-d’œuvre des 10 prochaines années. Bien que cette clientèle soit hétérogène, il faut adapter les programmes d’Emploi-Québec afin d’effectuer un suivi individualisé auprès d’eux et de leurs employeurs éventuels.

7. Accélérer le virage vers la diversité

Malgré de récents progrès, il est plus difficile pour les minorités racisées, les personnes en situation de handicap, les Autochtones, les personnes judiciarisées ou issues de la communauté LGBTQ+ de trouver un emploi. Nous proposons une série de mesures afin de corriger cette aberration.

8. S’attaquer au défi de la reconnaissance des acquis et des compétences

Trop de diplômes et d’expériences acquis hors du Québec ne sont pas reconnus. Une meilleure collaboration entre le milieu de l’éducation, des organismes d’aide à l’emploi et des employeurs pourrait mener à plus de certifications.

9. Adapter le PTET à la réalité du XXIe siècle

Le programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) permet de répondre plus rapidement aux besoins des employeurs que les programmes d’immigration permanente. Toutefois, ce programme est extrêmement rigide et nécessite une urgente mise à niveau.

10. Ajuster les seuils d’immigration aux besoins de main-d’œuvre

Depuis 1991, le Québec fixe lui-même le nombre de nouveaux arrivants qu’il souhaite sur son territoire. Pour toutes sortes de considérations politiques, leur nombre ne cesse de diminuer depuis 3 ans. On n’accueille maintenant que 12 % de l’immigration qui entre au pays, alors que nous sommes 23 % de la population totale du Canada.

référence : Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) et la presse

Nous joindre

Nom E-mail Message Envoyer